TEXTES & RECITS

Rêverie réciproque

​Il a rapproché ses lèvres des miennes et, après un instant d'hésitation visant à avoir mon consentement, elles sont entrées en contact. C'était si doux, si pure, si merveilleux, que j'aurai voulu continuer durant toute une éternité. Mais quand mes paupières se sont soulevées, je n'ai pas vu ses yeux remarquablement déstabilisants, ni son regard bienveillant. Je n'ai aperçu que le plafonnier de ma chambre. J'étais remplie d'un sentiment désagréable. Un sentiment de douleur, un sentiment d'impuissance. Reverrai-je un jour cet inconnu aux lèvres parfaites et à la chevelure bouclée? Aurai-je seulement la chance de me souvenir de son visage d'ici quelques heures? Aucune lèvres n'avaient frôlé les miennes avant lui, aucune main n'avait parcouru mes cheveux avant les siennes, et aucun regard ne m'avait ainsi pénétré avant que j'ai le malheur de croiser le sien. Lorsque nos yeux se sont rencontrés, j'ai eu l'impression qu'il pouvait tout savoir de moi, j'avais ce sentiment d'être un livre ouvert, un coffre fort transparent. Où l'avais-je rencontré? Je ne me souviens plus. Dans quelles circonstances? Je ne saurais le dire.

​Pourtant je me rappelle de son odeur, de sa voix et de son rire. Je me rappelle les rose qu'il m'a offertes, le café qu'il m'a payer. Tous ces détails qui semblent insignifiants sont ceux que ma mémoire a choisi de garder. Ces détails pleins d'amour, ces détails qui lui ont permis de me dire je t'aime sans même m'adresser la parole. J'aurai aimé avoir le courage de lui dire, moi, que je l'aimais parce que j'en suis certaine, c'est cette sensation troublante, puissante et magique que l'on ressent lorsque l'on est amoureux. C'est ce courant électrique entre nous lorsque nos souffles se sont mélangés.

Je cherchais son approbation, je ne voulais pas la forcer à faire quelque chose qu'elle n'avait aucune envie de faire. En approchant mon visage du sien j'ai vu dans son regard qu'elle était d'accord, alors je l'ai embrassée. Ce n'était pas mon premier baiser, pourtant je n'avais jamais ressenti une telle sensation. J'avais cette envie de ne jamais arrêter, de l'embrasser pour toujours, mais lorsque mes yeux se sont ouverts je n'ai croisé ni son regard malicieux ni ses yeux pétillants. Je n'ai vu que l'ampoule dénudée accrochée au plafond blanc de ma chambre. J'étais frustré, impuissant face à un réveil si doux et brutal à la fois. Est-ce qu'un jour je la recroiserai? Est-ce que j'aurai l'occasion de revoir cette bouche à la forme harmonieuse et au rire si mélodieux? Me souviendrais-je seulement de son apparence lorsque les effets de mon sommeil se seront dissipés? Je n'avais jamais gouté de lèvres si hypnotisantes, ma main n'avait jamais touché de chevelure si soyeuse, et je ne m'étais jamais noyé si profondément dans les yeux d'une femme avant de goûter au bonheur de croiser son regard. Lorsque que nos yeux se sont rencontrés, j'avais l'impression de tout savoir sur elle. Je ressentais ses émotions, je voyais son âme. Où s'était-on rencontrés? Bonne question. Comment? C'est un mystère. Et pourtant je ne peux oublier son doux parfum, sa voix envoutante et son sourire éblouissant. Je me souviens lui avoir offert une rose, où bien deux, peut-être trois. Je me souviens lui avoir payer un café, dans ce bar un peu miteux. Je me rappelle tous ces détails qui semblent sans grande importance. Ces détails remplis d'amour qui m'ont permis de lui dire je t'aime sans prononcer un seul mot car je n'en trouvais aucun en sa présence. J'aurai aimé avoir le courage de lui crier mon amour de vive voix, parce que je suis certain que c'est ce sentiment chaleureux et puissant que l'on ressent lorsque l'on est amoureux. C'est ce courant électrique entre nous lorsque nos souffles se sont mélangés.

- Abby

Bas de page

Tambourine,
Comme un fou
Mon cœur.
Plié et replié

Comme du papier
Maché.

Country%20House_edited.jpg

La valse

Notre Idylle… Romance qui fut un jour ouvrée Qu’un autre jour désœuvrée On s’est aimé comme deux amants D’un amour sacré, en tout temps

Country%20House_edited.jpg

Samhain

Je m’appelle Caroline Fletcher. J’ai 15 ans. J’habite à St David’s au Pays de Galles. Aujourd’hui nous somme le 13 septembre 2020. J’entame la première page de ce carnet. C’est...

Country%20House_edited.jpg

Plats de pâtes

Elles nous regardent avec envie, Gargouillis de notre ventre affamé, Des lasagnes, tagliatelles, fusillis, spaghettis,...

Country%20House_edited.jpg