TEXTES & RECITS

Et j'aime...

Si tu jettes une pierre. Que tu entends son bruit encore. Si au-delà de ce bruit, tu vois l’image de cette pierre, cette pierre qui tombe, lentement, mais sûrement. Vois-tu comment elle est vigoureuse et confiante ? vois-tu son courage te montrer comme tu es petit ? Cette pierre réagit au son. Chaque note une couleur, chaque couleur un sentiment. Connais-tu ton sentiment ? celui qui s’installe inlassablement, incrusté comme cette pierre une fois à terre ? peux-tu m’aider ? à comprendre mon sentiment. Celui qui me dis vas-y, bat-toi, ne lâche rien, tu peux y arriver, tu es qui tu es et c’est tout mais celui qui me dit en parallèle tu es lâche, tu es seule et tu es triste, personne ne sera là pour toi. Peux-tu donc comprendre avec moi ce mélange de sentiments qui y provoque donc un mélange de couleur ?

D’où alors, en ressortent la douceur et l’amertume. J’y vois moi-même au fond de ce jaune orange une pointe de vert et de bleu, ce marron et ce violet, absence de teint rosée mais d’innombrables particules de rouge. Les larmes qui viennent et partent comme une marrée insensible, ce charme imperceptible, cette histoire qui se créer pendant que se jette de tout là-haut, la dernière feuille d’un arbre mort. Y comprends-tu quelque chose que je ne pourrais point ? en est-il possible, que l’oublie du monde m’ait fait perdre mes couleurs ? je vois les tiennes, je vois les leurs. Mais vois-tu les miennes ? entends-tu ma mélodie ? mon bruit, mon allure, ma substance ? suis-je moi aussi, les couleurs scintillantes que j’aperçois ? Et quand je vois ses couleurs, elles sont si douces, que je l’envie. Quand on y regarde de plus près, ça ressemble à quelque chose que l’on ne peut atteindre. De la fumée, formant le personnage, des touches de peintures, irréelles. Un bouquet de fleur, qui explose et c’est doux. Je pense au temps, le fait qu’il y ati tant de différentes couleurs, cette partie violette qui relève les tons jaunes et vert, la simplicité dans chaque son, chaque trait, chaque sentiment. C’est, je pense, la représentation de l'espoir, du temps, de la douceur… du calme. C’est hypnotisant. Je suis apprivoisée, et je tombe. Mon bruit ne s’efface pas mais s’amplifie, je tombe. J’explose en plein vol, je tombe. Et j’aime.

- Lily.

Bas de page

Tambourine,
Comme un fou
Mon cœur.
Plié et replié

Comme du papier
Maché.

Country%20House_edited.jpg

La valse

Notre Idylle… Romance qui fut un jour ouvrée Qu’un autre jour désœuvrée On s’est aimé comme deux amants D’un amour sacré, en tout temps

Country%20House_edited.jpg

Samhain

Je m’appelle Caroline Fletcher. J’ai 15 ans. J’habite à St David’s au Pays de Galles. Aujourd’hui nous somme le 13 septembre 2020. J’entame la première page de ce carnet. C’est...

Country%20House_edited.jpg

Plats de pâtes

Elles nous regardent avec envie, Gargouillis de notre ventre affamé, Des lasagnes, tagliatelles, fusillis, spaghettis,...

Country%20House_edited.jpg