TEXTES & RECITS

Ce n'est plus qu'un souvenir

I​l me semblait sentir les vagues du Golfe de Tadjoura entrainer mon corps au gré du courant marin. Douce mélodie régulière et prévisible, la mer d’Afrique me berçait inlassablement, tandis que je me laissais parfois surprendre par quelques ondes perturbatrices. L’eau glissait sur ma peau, je me sentais en sécurité. Mon corps et mon esprit demeuraient ici depuis si longtemps que mes sens, engourdis par le bonheur et le calme environnant, s’aiguisaient de nouveau face à la puissance maternelle de l’océan. Je percevais chaque être vivant, chaque minéral, chaque mouvement effectué sous la surface de l’eau. Les grains de sable m’effleuraient les jambes, et les poissons débarrassaient mon corps de ses impuretés. Je les accueillais à mes côtés avec une déférence accentuée face à l’amitié qu’ils m’offrirent quatre ans plus tôt…

Au loin, les voix graves des pères de famille militaires se faisaient entendre. Les enfants leur répondaient, manifestant leurs désirs spontanés. L’œuvre de Michael Maas résonnait au plus profond de mon esprit, peu à peu remplacé par les harmonies grandissantes des vagues. Apaisée et confiante, je me laissai basculer en arrière, abandonnant toutes mes responsabilités à ce lieu hors du commun. Je me vidai sans regret de mes doutes et réflexions, du plus insignifiant au plus lourd. L’un après l’autre mes muscles se détendaient, guérissant ainsi mon esprit torturé par une vie que je ne pouvais m’empêcher d’adorer. Je n’entendais plus que les vagues protectrices et possessives. Je ne sentais plus que le mouvement de l’eau contre ma peau frissonnante de plaisir.
Mêlée à la joie et à la sérénité, une puissante onde de tristesse se heurta finalement à mon esprit. Résignée, je ne pouvais que l’accepter en mon sein. C’est à une vitesse effarante qu’elle envahit tous les recoins de ma conscience, se mêlant sans vergogne à toutes mes émotions positives. Mon paradis immaculé s’était transformé en un Yin & Yang presque aussitôt disparu, laissant finalement place à une grisaille sans fin. C’est alors que je le remarquai. Le vent soulevait mes cheveux mouillés, m’incitait au départ. Sa force m’encourageait et, pourtant, j’en étais incapable. Mais quelque chose avait changé dans la mélodie des vagues. Les courants d’air bourdonnaient dans mes oreilles. Et je compris. Je su qu’à cet instant, le Golfe ne me disait pas adieu, il me communiquait un aurevoir. La promesse d’un renouveau.

La grisaille céda sa place à une couleur neuve, pleine d’opportunités : la réincarnation d’un tableau magnifique en une toile vide et unique.

La mer était loin désormais. Mon corps se laissait toujours bercer, et il me semblait entendre encore l’écume se déverser sur la plage. Réconfortée et désormais animée d’une force nouvelle, j’ouvris sans crainte les yeux. Sur la banquette arrière du Land Cruiser familial, je me laissais reposer contre le dossier, tandis que le véhicule remontait la pente des Sables Blancs. A l’arrière, les glaçons presque fondus et les quelques Foster rescapées tapaient contre les parois de la grande glacière, imitant la douce mélodie régulière et prévisible de la mer d’Afrique. Lentement, je tournai la tête et regardai en contrebas pour apercevoir une dernière fois le sable fin et l’eau claire d’une terre qui m’avait chérie autant que je l’avais aimée. Alors la vision disparut derrière les imposantes roches de Tadjoura, pour ne plus laisser à mon esprit qu’un souvenir heureux.

- Telesia.

Bas de page

Tambourine,
Comme un fou
Mon cœur.
Plié et replié

Comme du papier
Maché.

Country%20House_edited.jpg

La valse

Notre Idylle… Romance qui fut un jour ouvrée Qu’un autre jour désœuvrée On s’est aimé comme deux amants D’un amour sacré, en tout temps

Country%20House_edited.jpg

Samhain

Je m’appelle Caroline Fletcher. J’ai 15 ans. J’habite à St David’s au Pays de Galles. Aujourd’hui nous somme le 13 septembre 2020. J’entame la première page de ce carnet. C’est...

Country%20House_edited.jpg

Plats de pâtes

Elles nous regardent avec envie, Gargouillis de notre ventre affamé, Des lasagnes, tagliatelles, fusillis, spaghettis,...

Country%20House_edited.jpg