TEXTES & RECITS

Bonheur inconnu

J'la connaissais pas. Ben non ça sert à rien d'mentir j'vous dis que j'la connaissais pas. Elle était dans mon bus pour l'école, mais j'lui ai jamais parlé. Elle me parlait elle. Elle était toujours pleine de joie, elle disait de belles choses, elle disait que le monde allait s'en sortir, qu'un jour tout le monde serait heureux. Bien sûr qu'elle me manque mais j'la connaissais pas tant qu'ça. C'était ce genre de personne avec qui tu passes beaucoup de temps mais que tu connais pas. J'lai jamais vue au bahut, j'me demande si elle avait vraiment besoin de prendre ce bus. Peut-être qu'elle le prenait pour faire connaissance avec des gens. J'en sais rien, mais si c'est l'cas elle a vraiment pas eu d'chance avec moi. Petit rayon de soleil s'est assis à côté d'un nuage de pluie.

Je souriais jamais, les écouteurs dans mes oreilles, le regard tourné vers le paysage j'faisais genre de pas la voir, de pas l'entendre. Mais secrètement j'éteignais ma musique de dépressive dès qu'elle arrivait, toute rayonnante, simplement parce que j'adorais entendre ses paroles pleines d'espoir. Elle voyait le monde en rose, en bleu, en jaune, en vert, elle voyait le monde en couleur. Les trajets en bus étaient les meilleurs moments de mes journées.
Au bout d'un an à venir s'asseoir à côté de moi dans ce maudit bus, elle a réussi à m'arracher un sourire. Qu'est-ce que qu'elle était drôle cette fille. On s'est jamais dit nos noms, on s'est jamais parlé de nos vies, je ne lui ai jamais adressé un mot. Peut-être qu'elle pensait que j'étais muette, mais sa voix douce, claire et angélique avec réussi à s'infiltrer dans ma tête et, un beau jour, j'ai éclaté d'un rire si sincère qu'elle a ri aussi. Un rire magnifique, cristallin, et tout le bus a fini par rire, même ce conducteur grincheux qui ne répondait jamais à ses "bonjour", "au revoir", "bonsoir monsieur", "bonne soirée". Elle était si polie cette fille, la fille parfaite. Je l'aimais tant. Elle était magnifique, autant à l'extérieur qu'à l'intérieur. J'étais pas jalouse, je l'admirais. Je l'enviais un peu mais j'étais pas jalouse. Nan nan j'admirais son courage, sa persévérance, sa détermination. C'était un ange, un ange venu éclairer ce sombre monde. Et le jour où je ne l'ai pas vu monter dans ce bus miteux, j'ai su qu'elle était partie répandre le bonheur ailleurs, peut-être dans un autre bus, dans une autre ville, je ne le saurais jamais. Mais je sais qu'elle m'a changée pour toujours : elle m'a simplement rendue heureuse.

- Abby.

Bas de page

Tambourine,
Comme un fou
Mon cœur.
Plié et replié

Comme du papier
Maché.

Country%20House_edited.jpg

La valse

Notre Idylle… Romance qui fut un jour ouvrée Qu’un autre jour désœuvrée On s’est aimé comme deux amants D’un amour sacré, en tout temps

Country%20House_edited.jpg

Samhain

Je m’appelle Caroline Fletcher. J’ai 15 ans. J’habite à St David’s au Pays de Galles. Aujourd’hui nous somme le 13 septembre 2020. J’entame la première page de ce carnet. C’est...

Country%20House_edited.jpg

Plats de pâtes

Elles nous regardent avec envie, Gargouillis de notre ventre affamé, Des lasagnes, tagliatelles, fusillis, spaghettis,...

Country%20House_edited.jpg