Testament d'une bicyclette

Article publié le

13 octobre 2020 à 10:11:20

par

Telesia

IMG_20210406_110717-1.jpg

En savoir plus

Titre original :

Auteur : 

Date de sortie :

Genre :

Pages :

Testament d'une bicyclette

Sylvain Grevedon

2019

159

Contemporaine

Sur la base d’une continuité narrative des plus singulières, Testament d’une bicyclette centre le récit sur les déboires d’un vélo libre-service. Voué à arpenter les rues de Paris tout au long de son service, le deux-roues n’a de cesse de subir les inconsciences de ses partenaires d’un temps, lorsqu’il ne s’agit pas de voyous en mal de victimes décentes. Pourtant, cette bicyclette là n’est pas si insensible que l’Homme se l’imagine. Tantôt vaincue, tantôt séduite par ceux qui la guident au gré des rues pavées, elle en voit sa volonté propre enflammée d’une passion nouvelle : l’attachement à l’une de ses clientes. Au rythme de la capitale, le matricule 03754 fait de son expérience une courte existence dont les événements ne manqueront pas toucher ses lecteurs.

*    *    *

Il s’agit d’un testament, gravé sur l’intérieur de son cadre : celui d’une bicyclette. L’idée, bien que saugrenue, est de celles dont la finalité alimente la conscience du lecteur ; lequel est alors témoin des conséquences de l’inattention humaine à l’égard des nombreux biens physiques que l’on marchande chaque jour, aveuglément. De la violence gratuite au cycliste pressé, la structure du matricule 03754 s’étiole à chaque trajet. A force, il sait reconnaître les situations à risque aussi bien que les partenaires non-attentionnés. Une mauvaise posture, un sac trop lourd ou un coup de pied inopportun… il en faut de peu pour faire souffrir ce camarade qui, malgré tout, continue de rendre service sans rechigner.
Jusqu’au jour où lui apparaît l’anatomie parfaite. Sa Parfaite. Celle qui, délicatement, correspond à l’engrenage incomparable dont les crans préservent l’armature du libre-service dans une douce étreinte parfumée. Dans sa quête démesurée du propriétaire idéal, l’objet joue des roues et de la selle afin de se démarquer de ses semblables, pourtant identiques si ce n’est de leur matricule et génération. D’un point de vue complètement déshumanisé sont livrées les confessions intimes d’une jeune femme, en proie à une vie que son vélo ne saisit pas.

Le message implicite de Sylvain Grevedon, tant dans la sensibilisation au bon traitement des objets qui nous entourent que dans la compréhension des sentiments dont l’exclusivité est supposée humaine. Un récit plein d’empathie et d’égoïsme, l’un n’allant pas sans l’autre lorsqu’il s’agit d’accomplissement de soi et de partage de ressentis.

Synopsis

Si un vélo pouvait communiquer ! Matricule 03754, un deux-roues en mode partagé, nous raconte au soir de sa vie de machine, son odyssée sur l'asphalte parisien, au gré des emprunts par des milliers de mains, fesses, cuisses et pieds de tailles et formes différentes, jusqu'à sa rencontre avec une anatomie parfaite qu'il n'aura de cesse de chercher à retrouver. Lancé dans le rythme infernal d'une grande métropole, confronté à la maltraitance, au vol et au risque permanent d'accident, totalement dépendant de celles et ceux qui l'empruntent, 03754 va sillonner Paris en tous sens jusqu'à ce que sa quête prenne un tournant inattendu. Après tout, les objets ont peut-être une âme

41aJtZH9n7L_edited.jpg

NOUS RETROUVER

Telesia (Fondatrice)

  • Facebook
  • Instagram
  • Noir Twitter Icon

Chroniqueurs partenaires

– Lily (Dame Doourse)

– Takou (Takoubook)