Norma

Article publié le

31 décembre 2020 à 10:47:09

par

Lily

IMG_20210406_110717-1.jpg

En savoir plus

Titre original :

Auteur : 

Date de sortie :

Genre :

Pages :

Norma

Maïa Brami

2020

138

Drame

Contemporaine

« La vie donne corps aux rêves. C’est à partir des rêves que se construit la réalité. » Janusz Korczak in Comment aimer un enfant

C’est avec beaucoup de douceur mais une très forte intensité que Maïa Brami confie la réédition de son livre aux éditions d’Avallon. Norma, sept ans, se voit atterrir dans un foyer d’accueil. Son histoire, alors inconnue, se dévoile petit à petit au fil de la lecture. Cette façon d’écrire amène ainsi à se questionner sur les thèmes abordés : maltraitance, vie en foyer, troubles psychologiques … C’est au fur et à mesure que l’on comprend et c’est aussi ce qui conduit ces thématiques, tranchantes et bouleversantes, à leur paroxysme.

*    *    *

L’auteure dépeint la vie d’enfants dans un foyer, mais aussi la vie d’adultes parfois sensibles et psychologiquement peu stables. Norma et Léo, deux enfants du foyer, tissent une forte amitié que les adultes n’arriveront pas à comprendre. Lui est perturbateur, violent et brisé tandis qu’elle est jeune, douce et sensible. Tous deux ont un passé douloureux, avec une approche bien différente qui accentue leurs caractères. Les violences, l’état de la « famille », les procès, mais aussi l’espoir s’y mêlent, et Léo, bien que craint dans le foyer, décide de faire de Norma sa protégée. Le lien entre eux se révèle être comme une ancre, une bouée de sauvetage pour les deux protagonistes, et un synonyme d’espoir pour une vie meilleure. D’ailleurs, Norma est une enfant qui ne laisse personne indifférent. Sa fragilité, son crâne rasé, sa sensibilité et cet espoir fait d’elle le centre de l’attention dans le foyer, à la fois auprès des enfants mais aussi auprès des adultes. Malgré tout, désir, convoitise et parfois jalousie se retrouvent exacerbés en sa présence.

Le récit est d’autant plus réaliste par les dialogues, les points de vue des enfants et l’écriture fluide. La force de l’histoire et les émotions retranscrites par Maïa Brami permettent d’accentuer sa pertinence et les chapitres, courts, rythment l’histoire et l’envie d’en savoir plus. De surcroît, la plume douce et sensible de l’auteure rajoute un aspect émouvant et humain à l’écrit. Les liens, le vécu des personnes, les névroses mais aussi l’espoir font de ce roman un cri du cœur, émouvant et tiraillant entre poésie, cynisme, douceur et amertume.

Ce roman, juste, chamboule les idéaux et met en lumière des tabous comme les troubles psychologiques ou la maltraitance. En bref, Maïa Brami nous livre un récit empli de sensibilité et ouvre les yeux sur un aspect de l’humain qui n’est pas si souvent abordé.

« — … Le bleu des mots, explique l’adolescent.
— Des morts ? répète la petite fille.
— Des mots… Le bleu des morts ? T’en as de bonnes, toi !
— Ça veut dire quoi ?
— Si t’appuies sur un bleu, ça lance.
La petite le regarde, interloquée.
— Pareil avec les mots.
— Ils font mal ? »

Synopsis

Norma, 7 ans, atterrit en foyer d'accueil sur fond de procès médiatique. Aussitôt, sa fragilité, son crâne nu, focalisent l'attention. Il émane quelque chose de spécial de cette fillette, mais quoi ? Sa présence, tel un révélateur, va bouleverser la vie du foyer, exacerber tensions et passions, précipiter les destins, notamment celui de Léo, adolescent brisé, violent, poursuivi par la poisse et l'incompréhension des adultes.

41aJtZH9n7L_edited.jpg

NOUS RETROUVER

Telesia (Fondatrice)

  • Facebook
  • Instagram
  • Noir Twitter Icon

Chroniqueurs partenaires

– Lily (Dame Doourse)

– Takou (Takoubook)