Mortal Engines - T1 : Mécaniques fatales

Article publié le

10 décembre 2020 à 08:32:28

par

Sorren

IMG_20210406_110717-1.jpg

En savoir plus

Titre original :

Auteur : 

Date de sortie :

Genre :

Pages :

Hungry City Chronicles, book 1: Mortal Engines

Philip Reeve

2003

387

Science-Fiction

Jeunesse

La terre. XXXIIème siècle.
Depuis la « Guerre d’une Heure », ou les nations se sont entre-déchirées à l’arme nucléaire/quantique, le monde est devenu un endroit où il ne fait pas bon vivre. Seules, les grandes chaines de montagne soutiennent encore le regard d’immense plaines et marécages ou la vie se meurt petit à petit.

*    *    *

Dans ce monde post-apocalyptique, les cités, pour survivre, doivent désormais se déplacer : ce sont maintenant des « locomopoles » sur chenilles ou roues qui se meuvent à travers ces paysages de fin du monde pour subsister. Oui, mais comment ? Eh bien, en se dévorant entre elles. C’est de la que né le « Darwinisme municipal » : Les plus forts survivent en mangeant les plus faibles, et les plus faibles s’adaptent pour ne pas se faire avaler.

C’est dans ce contexte que l’on va suivre les aventures de Tom Natsworthy, jeune homme vivant sur l’immense cité prédatrice qu’est Londres. Orphelin, il est élevé au sein de la guilde des Historiens depuis la mort de ses parents. En effet, comme l’on pourrait aujourd’hui trouver des vestiges et des reliques datant de l’Antiquité, les Historiens du monde de Mortal Engines, guidés par leur chef Thaddeus Valentine, s’intéressent aux reliques de notre présent.

Le jeune Natsworthy, de fil en aiguille, va faire la connaissance d’un personnage mystérieux, une jeune fille nommée Hester Shaw, et entrée clandestinement sur Londres après la capture d’une petite bourgade. Celle-ci s’en prend à Thaddeus Valentine, venu sur les lieux en compagnie de Tom pour récupérer de la « Tech », (ce qui correspondrait aujourd’hui à n’importe quel appareil électroménager, informatique ou tout simplement des objets du quotidien), avant de prendre la fuite. Par un concours de circonstances que je vous laisse découvrir en lisant ce bouquin, Tom va se retrouver embarqué dans une aventure qui va lui faire découvrir ce monde ravagé par la guerre depuis un autre point de vue que celui de paisible habitant d’une immense cité prédatrice.

Ayant d’abord vu l’adaptation cinématographique lorsque celle-ci est sortie en 2018, je m’étais juré de commencer cette série un jour. L’univers m’a conquis dès les premières minutes du film : Du Post-Apo comme on les aime, avec des paysages certes moins désertiques qu’un Mad Max, mais plus « réalistes », et le principe de locomopoles luttant pour survivre dans ce monde telles de gigantesques bêtes de ferraille inspirées du style Steampunk, rend terriblement bien à l’écran. Bien que le scénario fût un petit peu trop adolescent et « happy end », j’en avais tiré un bon souvenir.

En me lançant dans le bouquin, j’ai tout de suite été bluffé par la plume de l’auteur : Très agréable, ses descriptions sont très précises et pourtant aérées, ce qui donne une très bonne idée du décor dans lequel se déroule l’intrigue. Connaissant d’ailleurs le déroulement de l’histoire de ce premier tome, j’ai pourtant été surpris par la tournure de beaucoup d’évènements importants, bien mieux expliqués et tournés. Au fil des pages, je me suis laissé entraîner dans le voyage de Tom Natsworthy et sa camarade d’infortune, Hester Shaw, à travers les marécages puants, les montagnes désolées et les landes parsemées de traces de chenilles, vierges de toute civilisation immobile.

Le parallèle entre la civilisation du XXXIIème siècle et la notre est d’ailleurs amené à de nombreuses reprises dans ce bouquin : L’auteur nous rappelle sans cesse ce contraste entre d’immenses cités mobiles pesant des milliers de Tonnes et l’abandon de la technologie qui fait notre quotidien, reléguée au rang de « relique de pré-tech » ; une régression au XIXème siècle actuel en terme de puissance technologique et pourtant une inventivité à toute épreuve dans la création de vaisseaux-montgolfières utilisant la force du vent ou brûlant des débris pour voler. A tout instant, Philip Reeve nous montre l’évolution d’un peuple qui a dû fouiller dans le passé pour survivre.

Plus sombre que ce que j’imaginais de prime abord, le destin des personnages est bien ficelé, tragique pour certains, et je suis ravi de voir que le dénouement final est bien plus intéressant que ce que le film m’avait montré. Pour ne pas en dire plus, j’ajouterai simplement que ce monde est dur, sombre, mais qu’il y a toujours une étincelle de lumière pour vous guider.

Assurément, je vous recommande de lire ce livre, pour ceux qui comme moi sont fans du genre Post-apocalyptique, ou même ceux qui veulent découvrir un univers à mi-chemin entre le connu et l’unique. Une réussite !

Synopsis

Nous sommes dans un futur lointain où Londres est une ville sur roues pourchassant les autres cités pour survivre. À toute allure, elle part en chasse dans cet océan de boue qu’est devenue la planète. Tom, jeune apprenti à la Guilde des Historiens, vit dans cette cité depuis sa plus tendre enfance. Un jour, alors qu’il est puni par son maître pour avoir désobéi, il est envoyé dans les bas-fonds de Londres. Il y rencontre Frusquin, chef de la Guide des Ingénieurs. Sa vie bascule lorsqu’il tente de déjouer la tentative d’assassinat sur ce dernier. Pourchassant le tueur, Tom tombe par-dessus bord avec cette mystérieuse personne balafrée. Ainsi, commence pour notre héros, une folle poursuite à la recherche de Londres.

41aJtZH9n7L_edited.jpg

NOUS RETROUVER

Telesia (Fondatrice)

  • Facebook
  • Instagram
  • Noir Twitter Icon

Chroniqueurs partenaires

– Lily (Dame Doourse)

– Takou (Takoubook)