Maman, tout ce que je te dois

Article publié le

12 octobre 2020 à 09:43:48

par

Telesia

IMG_20210406_110717-1.jpg

En savoir plus

Titre original :

Auteur : 

Date de sortie :

Genre :

Pages :

Maman, tout ce que je te dois

Odile G. Huet

124

Témoignage

"Une mère peut donner bien plus que son amour maternel. La force et la volonté d'aller de l'avant." C'est, en somme, ce dont Odile G. HUET remercie la femme qui l'a mise au monde, et qui l'a élevée sans jamais se plaindre. A travers un récit des plus concis, et donc très peu romancé, l'auteure livre tout un panel de souvenirs pour rendre hommage à des parents - et surtout à une mère - dévoués. Une oeuvre divisée en deux parties distinctes, chacune des plus touchantes de par leur dureté et leurs beautés respectives. Maman, tout ce que je te dois représente, au-delà de l'oeuvre littéraire, une opportunité de témoigner d'un respect inégalable.
Loin d'être un récit personnel, l'oeuvre se concentre notamment sur Marie, mère d'Odile et de nombreux autres enfants devenus adultes.

*    *    *

En retraçant sur le papier l'intégralité du vécu de Marie, l'auteure livre une multitude d'émotions et de sentiments, des éléments personnels que peu auraient le courage de partager. Pour Odile, rendre hommage à Marie, c'est faire découvrir à ses lecteurs les origines profondes de la personne qu'elle est devenue. Souffrance, abandon, acharnement, courage et valeurs de fer, entre autres.
Son père ne l'aime pas, elle est juste de la main d'oeuvre gratuite.
La simplicité du récit et son côté enfantin presque imperceptible trahissent une douleur de l'auteur, et une immense tristesse vis à vis de sa mère et de son parcours. La syntaxe pourrait paraître maladroite, mais elle va simplement droit au but. Maman, tout ce que je te dois n'est pas un roman ; il ne se lit pas en diagonale. Chaque phrase a son importance, car chaque phrase vaut une parcelle de la vie de Marie.
Le récit, divisé en deux parties, distingue les souvenirs de Marie de ceux d'Odile. Avant la naissance de cette dernière, il s'agit notamment de retranscrire les souvenirs de la mère, contés de manière succincte. Cette première partie est d'une vérité dure et misérable qui aura forgé une femme ambitieuse, valeureuse et pleine de courage. Lorsque Odile vient au monde, le schéma de narration diffère imperceptiblement pour laisser place à une suite de flashbacks, une rétrospective utile et méritée. Ce changement occasionné illustre tout particulièrement l'échange des rôles : alors que Marie vieillit, c'est Odile qui va prendre soin d'elle, lui rendant ainsi tous les soins qu'elle a reçu en grandissant.

Le témoignage poignant d'une fille dévouée, membre d'une famille nombreuse. Une trace écrite de l'existence d'une femme courageuse, qui mérite d'être lue et partagée. Car au-delà des mots couchés sur le papier, Maman, tout ce que je te dois est un récit sincère, touchant et honnête

Synopsis

Petite fille mal aimée mais courageuse, jeune fille à l’identité obscure mais audacieuse, femme volontaire et travailleuse, mère aimante et vaillante, découvrez l’histoire de Marie, de son Algérie natale à la France terre d’accueil. D’une famille nombreuse, Odile G. HUET, la petite fille fragile, devenue la femme de force et de courage un peu maniaque et très rigoureuse, rend hommage, dans ce livre, à sa mère en révélant le portrait d’une femme hardie qui a donné bien plus que son amour à ses enfants, à sa famille.

41aJtZH9n7L_edited.jpg

NOUS RETROUVER

Telesia (Fondatrice)

  • Facebook
  • Instagram
  • Noir Twitter Icon

Chroniqueurs partenaires

– Lily (Dame Doourse)

– Takou (Takoubook)