Lucia, T1 : Les diamants au paradis

Article publié le

6 avril 2021, 09:28:29

par

Telesia

IMG_20210406_110717-1.jpg

En savoir plus

Titre original :

Auteur : 

Date de sortie :

Genre :

Pages :

Les diamants au paradis

Diane Garance

2020

308

Policier

Chick-Lit

Humoristique

Qui a dit que la curiosité était un vilain défaut ? Pour Lucia, c’est plutôt l’inverse puisqu’elle s’en sert comme outil de survie. Forte de son acuité et de sa perception accrues, elle campe fermement sur ses positions, persuadée qu’elle finira par atteindre son but. Son sens de l’observation est pour elle le meilleur moyen d’échapper à ses ravisseurs… ou à ses sauveteurs ! Femme forte, il en faudra plus qu’un enlèvement, plus qu’une prise d’otage et surtout plus qu’une série d’échecs pour la décourager ! Elle échappera à ses ravisseurs coûte que coûte… avant que la balance ne s’inverse subitement. Lucia n’a pas son pareil pour s’attirer des ennuis, mais puisque toute sa vie vole peu à peu en éclat, pourquoi ne pas s’y jeter à corps perdu ?

*    *    *

Aux abords de la trentaine, Lucia est mariée depuis de nombreuses années avec Mathieu. Ils vivent en duo, loin du labeur familial traditionnel.

« Pourquoi insister autant pour travailler au lieu de faire un bébé ? »

Véritable problématique de femme, choisir de donner vie ou de se contenter d’apprécier pleinement la sienne reste un débat intérieur sans fin. Cependant, Lucia sait ce qu’elle veut : elle n’est pas prête à rester cantonnée chez elle si tôt alors que le monde a besoin d’elle… du moins se l’imagine-t-elle lorsqu’elle répond à une offre d’emploi dans un cabinet de détectives privés à renommée internationale.
Pétillante et sociable comme personne, ancienne comptable reconvertie, la jeune femme justifie d’une spontanéité sans pareil. Sa simplicité, parfois confondue avec une simplicité d’esprit légère, est en réalité l’image que renvoie son enjouement naïf pour sa toute nouvelle mission : retrouver Jeanne Plantier, enlevée et retenue en otage en Thaïlande.



L’enquête piétine sur un bon quart du récit, et on comprend vite pourquoi. Entre la supérieure à la limite de la bipolarité ou de la schizophrénie (à vous de choisir !) et une équipe majoritairement non-francophone, en passant par le mystérieux Perce-Neige… difficile de faire son bout de chemin quand ses propres employeurs la retiennent presque littéralement enchaînée.

« Comment la situation a-t-elle pu m’échapper à ce point ? »

Malgré elle radar à problèmes, Lucia attire les méchants et provoques les événements ; c’est pourtant sans se départir de son calme qu’elle les affronte avec bravoure tandis que pour elle, le verre est incessamment à moitié plein. Doucement, sa vivacité et son entrain sauvage se muent en une adrénaline passionnelle un brin parodique.



« Code rouge ! Le méchant m’aime bien ! »

En réalité, le premier volume de la trilogie Lucia semble n’être rien d’autre qu’un énorme syndrome de Stockholm si contagieux qu’un lecteur avisé n’en sortirait pas indemne. Dans ce roman policier humoristique réussi, les alliés sont les ravisseurs et les ravisseurs sont les alliés. De quoi clouer le bec de notre bonne vieille Lucia, pourtant cramponnée à sa répartie bien trempée.
La dimension policière de ce roman n’a rien de futile, ce qui n’empêche pas d’allier le sérieux à la joie et au rire. Les méchants sont attachants, les gentils passent au second plan… mais surtout ! Lucia se révèle être une véritable héroïne de Chick-Lit, pleine de vie, de sarcasme et d’arrogance candide. Avec un pep’s sans détour et une franchise d’enfer, la toute récente enquêtrice risque de donner du fil à retordre à ceux qui l’entourent !



Et en tant que lectrice…
- - -

› Le contexte affectant mes moments de lecture, j’ai dû m’y prendre à deux fois avant de m’imprégner du récit. Je remercie vivement Diane Garance de m’avoir contactée et proposé sa trilogie en lecture en échange de cet article, car après m’être vidé l’esprit j’ai totalement accroché et je suis loin de regretter ma lecture.
› J’ai tout de suite adoré la plume acerbe de Diane Garance, et donc la narration sarcastique de Lucia, alias Jennifer Hart. Je me suis immédiatement crue dans une Chick-Lit comme j’en ai rarement lues. C’est vivace, c’est fluide et spontané, tout ce que j’adore.
› Lucia est loin d’être ce genre de protagoniste condescendante à la pointe de la mode. Elle est simplement elle, avec ses qualités et ses défauts mais surtout avec une pêche d’enfer !
› L’enquête est là mais ce n’est pas un policier à proprement parler. En tout cas, les rebondissements sont inattendus et bien construits.
› Vous connaissez le syndrome de Stockholm ? ce devrait être le sous-titre de ce volume. In-croy-able ! Je ne suis pas une adepte de ce genre de scénarios mais pour le coup c’est si léger et si comique, et en même temps – oui, je l’avoue – plein d’émotions…
› Pour moi cette lecture est une réussite. Elle m’a allégé l’esprit et m’a permis de m’évader dans un environnement non pas sain mais clair et enjoué. Peu importe les événements et les dangers, Lucia reste pleine d’entrain et de convictions, elle n’abandonne jamais !

Synopsis

Lucia, trentenaire dynamique, un peu gaffeuse doit seconder Angie « Dragon » dans son enquête pour retrouver Jeanne Plantier.
Mais un événement imprévisible va la contraindre à continuer seule. Ses choix audacieux et inconsidérés vont la mettre dans une situation délicate et drôle à la fois. Elle s'attendait à tout sauf à croiser le beau et magnétique. Tony Carrabetta qui n'est autre qu'un bandit en cavale.

Va-t-elle lui résister ? Pourquoi Lucia n'est-elle jamais raisonnable ? Que veut Tony ? Comment faire pour ouvrir une menotte avec un trombone et un roman de guerre ? Que vient faire Céline Dion dans tout ça ?

Suivez Lucia dans son périple en Thaïlande. A consommer sans modération ;)

41aJtZH9n7L_edited.jpg

NOUS RETROUVER

Telesia (Fondatrice)

  • Facebook
  • Instagram
  • Noir Twitter Icon

Chroniqueurs partenaires

– Lily (Dame Doourse)

– Takou (Takoubook)