Les Printemps

Article publié le

28 janvier 2021 à 09:18:07

par

Telesia

IMG_20210406_110717-1.jpg

En savoir plus

Titre original :

Auteur : 

Date de sortie :

Genre :

Pages :

Les Printemps

Nathalie Bianco

2020

289

Feel-Good

Humoristique

Forte de sa joie de vivre et de son intérêt croissant pour le bien-être de ceux qui l'entourent, Nathalie Bianco aura forgé sa renommée à partir de l'anonymat classique brisé par les codes des réseaux sociaux. Un atout avantageux notamment en ce qui concerne la diffusion de ses romans feel-good dont la dimension va au-delà du simple bien-être. A travers ses écrits, elle véhicule des messages profonds et "logiques", simples et pertinents, mais qu'il est sans doute bon de rappeler étant donnée la situation mondiale actuelle. [Les Printemps], son dernier roman, tourne l'actualité en dérision tout en y incrustant sensiblement les enjeux d'aujourd'hui en une formule originale et marquante.

*    *    *

Manava, Ester et Céline ne se connaissent pas, pourtant elles sont voisines de balcon. De la star de télé-réalité et la mère de famille débordée et négligée, jusqu'à l'octogénaire démodée, le voisinage est loin de s'harmoniser sur les bords. Pourtant, l'épreuve du confinement les aura inexorablement rapprochées et étonnamment soudées.

❝ Personne ne peut comprendre […]
Et pourtant, si. Cette citation est la clef du message transmis par Nathalie Bianco : nos différences ne sont pas un obstacle à l'amitié, à l'écoute, à la compréhension et à la compassion et le soutien. L'effet confinement aura sans doute forcé la main aux états d'esprits qui, par l'isolement auquel ils ont été contraints, ont oublié à quel point la proximité la plus sincère peut se construire avec son total opposé. Nous sommes isolés, oubliés non pas des autres mais de nous-même ; le monde se morfond dans sa peine.



[Les Printemps] a cette faculté de subtilement rappeler que personne n'est le centre du monde. Curieusement, ce semblant de réclusion a ce double effet selon lequel le sentiment de solitude nous ancre également sous le feu des projecteurs : ceux des réseaux sociaux, du regard des autres au travers des écrans, de cette tendance "lifestyle" selon laquelle chacun est jugé par son mode de vie.

❝ Il améliorait juste ce qui lui tenait à cœur […]
…sans se soucier du regard des autres. Nathalie Bianco tourne les stéréotypes en dérision, ce qui lui permet de les justifier également en poussant la réflexion plus loin : en les comparants tous entre eux, elle démontre à quel point chaque point de vue est légitime en soi.
Ainsi, chaque individu nourrit ses croyances, différentes pour tous et pourtant rythmées par des motivations similaires. [Les Printemps] illustre brillamment ce principe au moyen de nombreux points de vue, tous uniques, mais tous rédigés et narrés à partir de la même base et terminés par la même conclusion.

❝ Les bases de la survie. Les bases.
Un moyen pertinent de démontrer que nos différences ne nous éloignent pas forcément, mais peut également nous rapprocher en passant par la case "compréhension de l'autre".



❝ Aujourd'hui, il s'est passé quelque chose. Pas grand-chose, mais quelque chose de bien.
Si le confinement aura été - et est toujours - pour nous tous une source de douleurs physiques (musculaires et d'articulations), psychologiques et morales, il aura également été, en quelque sorte, une ode à la résilience et à l'écoute de soi.
Être confiné, c'est sortir de sa zone de confort et découvrir de nouvelles choses, retrouver goût à des petits plaisirs oubliés. C'est aussi prendre le temps de s'écouter, d'écouter les autres et de prendre du recul sur sa propre situation. Quelque part, nous aurons ouvert nos yeux sur les barrières que nous nous dressions nous-même au quotidien, celles qui deviennent futiles et inutiles en considérant l'ampleur d'une réelle limitation physique et obligatoire. C'est, paradoxalement, s'ouvrir au monde tandis qu'on reste enfermé chez soi, loin de tout ce dont on a l'habitude.



[Les Printemps] est construit sur la base de plusieurs points de vue tous présentés à l'aide d'un schéma répétitif mais enrichissant. L'introduction régulière de nouveaux éléments et le passage subtil de messages évite de loin les longueurs. Les protagonistes sont tous attachants et représentent à eux seuls un large public : Nathalie Bianco s'adresse à tous. Simple, léger, ce roman se lit tout seul, d'une traite. Il se sert d'un humour parfois un peu décalé mais surtout très abordable et appréciable.
En bref, il s'agit d'une lecture adoucissante qui à la fois ouvre les yeux sur notre conditions mais nous soutient également avec force de conviction dans l'épreuve que nous affrontons tous.

Mon avis de lectrice :
❝ J'ai particulièrement apprécié cette lecture malgré qu'elle aborde un sujet que j'évite au maximum : la pandémie de COVID-19 et leS confinementS qui en découlent. Nathalie Bianco a tourné le sujet de façon si légère que j'en oubliais presque son côté dramatique. En même temps, si ce mode de vie tend à se généraliser, autant se faire à l'idée.

J'ai beaucoup ri en lisant les péripéties des personnages, et j'ai franchement apprécié Hugo, le jeune adolescent de Céline, ainsi que ses échanges par SMS avec son père.
J'ai reconnu énormément de termes "abrégés" utilisés par les jeunes (mon côté geek est pas mal ressorti), et pour avoir été continuellement intégrée dans des communautés virtuelles (autant que dans des communautés "IRL" :clind'oeil:) depuis de nombreuses années, je peux même titiller un peu Nathalie en lui disant que certains termes étaient légèrement faussés par l'orthographe. Mais ! c'est drôle, c'est vivifiant, dans l'ensemble c'est juste et sincère.

De nombreuses classes sociales et positions sociales sont mises en exergue de sorte que chaque lecteur puisse s'identifier à sa manière et se projeter dans ce qu'il lit.

Par ailleurs, la simplicité avec laquelle Nathalie Bianco écrit est une aubaine. Elle permet de se plonger tout entier dans le récit sans avoir à se concentrer, ni à réfléchir. Ce n'est pas un livre qu'on lit par soif d'apprendre ou d'érudition, c'est un livre avec lequel on passe un bon moment, à tourner les pages seul, sans se poser de question. Et même si la lecture est un art solitaire, ce roman est la preuve qu'on peut se sentir entouré même en isolement !

Synopsis

Et si cet incroyable printemps 2020 devenait votre plus belle lecture ?
En temps normal il y a très peu de chance pour qu’une malicieuse et hilarante bimbo de téléréalité qui étrenne ses nouveaux implants fessiers en silicone se lie d’amitié avec une sage et raffinée ancienne institutrice de 86 ans.
En temps normal, la probabilité est faible qu’une quadragénaire divorcée en surpoids, mère de famille débordée, négligée et touchante, adepte d’expérimentations culinaires loufoques et de vin blanc frais croise la route d’un jeune infirmier Asperger, poète malgré lui et amoureux perpétuellement éconduit d’une intraitable et cruelle néo-féministe intersectionelle.
Rien ne prédestine non plus le lecteur à apprendre à décrypter le langage ado et la signification de TMTC et AFK, ou à comprendre pourquoi un vrai « thug » doit travailler sa « street cred ».
Pourtant, en ce drôle de printemps 2020, rien n’est vraiment normal, tout est surréaliste et improbable.

41aJtZH9n7L_edited.jpg

NOUS RETROUVER

Telesia (Fondatrice)

  • Facebook
  • Instagram
  • Noir Twitter Icon

Chroniqueurs partenaires

– Lily (Dame Doourse)

– Takou (Takoubook)