Le Prince du chaos

Article publié le

13 octobre 2020 à 10:38:42

par

Telesia

IMG_20210406_110717-1.jpg

En savoir plus

Titre original :

Auteur : 

Date de sortie :

Genre :

Pages :

Le Prince du chaos

Alexis Frauensohn

2019

339

Fantastique

SF

Sans conteste, la philosophie est à la science ce que l’étymologie est à la langue. Peu importe l’angle d’approche, l’un ne va pas sans l’autre. Si la littérature scientifique a cette particularité concise de n’exprimer ni plus ni moins que nécessaire, la science romancée, elle, démontre d’une douce subtilité dont la finalité ébranle, détonante. Alexis Frauensohn, auteur du roman Le Prince du Chaos : Le Spectre du temps, est de ces scientifiques à l’esprit empli de réflexions spéculatives. Fort de son envie de partage, le jeune homme se laisse aller à l’écriture. Publié en 2019, son récit laisse un goût de désillusion à quiconque goûte à sa plume. C’est ainsi qu’est lancée l’exploration du spectre du temps, si particulier qu’il en devient précurseur d’une vérité présupposée selon laquelle l’unicité de l’esprit ne serait qu’une illusion fatale.

*    *    *

Les secondes s’écoulent l’une après l’autre, fatalement, sans qu’aucune projection instantanée ne soit possible. Chaque particule de l’univers, chacune dans son rôle, dépend alors de la translation du temps sur son axe, considéré unidirectionnel, et de ses conséquences sur l’ensemble des particules environnantes. De sorte que chaque élément soit tributaire de ceux qui l’entourent.

A l’instar du spectre de la lumière avec les photons, le spectre du temps selon Alexis Frauensohn se dessine sous l’action des historions. Il le décrit alors comme cet axe unidirectionnel ponctué d’harmoniques, relatives à tout autant de fréquences observées. Lesquelles, spontanées, décrivent un instant donné sans qu’aucune indication temporelle ne puisse indiquer l’époque. Aussi le temps n’est-il plus aussi inflexible que le décrit la physique Newtonienne, si bien que Le Prince du Chaos : Le Spectre du temps, dépendant des fréquences perçues par la narration, se divise en un récit non-linéaire scindé en directions narratives. Trois segments temporels d’apparence indépendants, pourtant si profondément liés que leurs extrémités semblent inexorablement se joindre en un point concourant rendu inconcevable par les lois de la physique.


Le Prince du Chaos : Le Spectre du temps, c’est le récit de deux hommes, deux esprits en opposition constante. Chacun lutte dans l’espoir de prendre l’ascendant sur l’autre et de s’exprimer librement aux yeux de tous. Bauwell et Herensse, de leurs convictions opposées, n’accumulent pourtant pas tant de différences.

Il s’agit du combat de Bauwell contre lui-même. Ses actes, justifiés par une espérance folle d’un monde meilleur, laissent place au doute alors qu’il s’apprête à réaliser sa quête de toute une vie. Son objectif pour ainsi dire semble avoir noyé sa liberté de choisir et son pouvoir de décision. Seconde après seconde, Bauwell tente de concilier en un seul esprit ce qu’il est avec son espoir d’être quelqu’un d’autre et le devoir de rester ce qu’il est censé être. Une ambition folle se révélant somme toute impossible, comme le lui rappelle constamment Herensse.

Cet homme, mélancolique de cette facilité d’être où personne ne se posait de question quant à la façon dont il fallait jouer son rôle, cède face à sa véritable nature. Peu à peu, il se bat contre lui-même dans le but de rendre à la nature humaine ce qu’elle est réellement. Comprendre s’accepter entièrement, avec ses contradictions, ses craintes, ses apparences et ses défauts, ses lacunes, ses vides ; c’est aussi mettre en exergue ses propres distinctions, sans chercher à les atténuer.

Alors, d’un côté, l’un souhaite rassembler tout l’univers en une entité unique ; quand de l’autre côté, le second désire conserver le monde tel qu’il est, tel l’atome entouré à la fois de vide et de particules élémentaires, nécessaires à son équilibre.


Alexis Frauensohn est un scientifique littéraire. Il concilie sa plume et ses convictions morales avec les principes fondamentaux qu’on enseigne depuis des siècles. Son récit se construit de nombreux champs lexicaux spécifiques, dont les significations ne sont pas toujours énoncées. En outres, un jargon plus ou moins appuyé consolide une narration concise. Le récit va droit au but. Chaque mot, de son importance, réfute les interférences ; dénuant l’ensemble de toute description non essentielle.

En somme, Le Prince du Chaos : Le spectre du temps reste somme toute très simple dans sa formulation, quoique certainement issu d’une âme poétique forte de ses messages à passer. Une particularité réhaussant sans doute la dimension philosophique de l’ouvrage ; lequel est d’une puissance inestimée, véhiculée par un jeune auteur au potentiel fort.

Synopsis

Du point de vue du spectre du temps, éventail complet de l’histoire de l’univers, notre civilisation ressemble à un château de cartes : une structure hiérarchisée et prête à s’effondrer à la moindre secousse. En effet, l’un de ses principaux points d’appui, enfoui dans les profondeurs du Golfe Persique, est particulièrement instable. Une simple vibration entraînerait sa chute, provoquant une réaction en chaîne destructrice qui annihilerait l’ordre et la paix sur Terre.
En 2078, Bauwell, un extrémiste misanthrope, découvre l’existence de cette singularité qu’il s’empresse d’ébranler, déclenchant le début de la troisième guerre mondiale.
Impressionnés par un tel acte de cruauté, des démons offrent à Bauwell le don d’immortalité et le pouvoir de moduler les lois de la physique à sa guise.
Celui-ci décide de sacrifier la Terre pour créer Lazeth, planète de ses fantasmes et reflet de son âme, aussi sombre que dangereuse.
Les kektils, des créatures civilisées évoluant au sein de ce nouveau monde, assistent Herensse, un cochon immortel nostalgique de la Terre et de sa bien-aimée. Après une éternité de vagabondage sur Lazeth, une question ne cesse de l’obséder : comment retrouver le monde et la vie que Bauwell lui a ôté ? Sa mystérieuse création, la tour de Hedoras, est peut-être la clef qui obligera Bauwell à capituler et à se défaire de son emprise sur l’univers.

41aJtZH9n7L_edited.jpg

NOUS RETROUVER

Telesia (Fondatrice)

  • Facebook
  • Instagram
  • Noir Twitter Icon

Chroniqueurs partenaires

– Lily (Dame Doourse)

– Takou (Takoubook)