La Rose Noire de Tian Jin

Article publié le

13 octobre 2020 à 09:27:08

par

Telesia

IMG_20210406_110717-1.jpg

En savoir plus

Titre original :

Auteur : 

Date de sortie :

Genre :

Pages :

Le Rose Noire de Tian Jin

Jean-Michel Joubert

147

Contemporaine

​Juin 1901, Baptiste Martineau s’apprête à s’expatrier en Chine. Journaliste français de métier, son cœur est néanmoins tourné vers ce pays qu’il tend à fouler. Initié par le vieux Tchang et fort d’une curiosité juvénile, c’est sûr de lui qu’il embarque pour l’ambassade Française à Tianjin. Sa confiance se voit néanmoins mise à rude épreuve tandis qu’elle se mêle à une imprudence et une naïveté certaine. Confronté à la réalité d’une culture dont il se croyait pourtant imprégné, le rédacteur doit se plier à une Chine noyée par sa population révoltée. Au travers d’un récit plus ou moins documenté, Jean-Michel Joubert dépeint une nation sensible, envers laquelle tout acte frôle l’incident diplomatique.

*    *    *

Martineau débarque à peine à Tianjin qu’il est mis en garde contre la menace d’assassinat constante subie par les Européens. D’autant plus lorsqu’ils résident à l’ambassade. Mais la pression se fait vague et culturelle pour le journaliste, qui s’adonne à ses recherches avec une légèreté insouciante. Loin de saisir l’imminence du danger sur sa vie, il se trouve comme happé par un rêve dont il ne retient que le rose et s’obstine à ignorer les recommandations de ses compatriotes. A la limite de l’incident diplomatique à chacun de ses pas, Baptiste Martineau s’en voit néanmoins spectateur direct d’une guerre civile ; laquelle oppose sans vergogne « les partisans de la tradition aux réformistes ».

L’Etat d’esprit du Français, plus qu’une naïveté aveugle, est le moyen de fermer les yeux sur une triste constatation qu’il n’est pas prêt à admettre : sa Chine espérée et apprise n’est plus, elle s’est éloignée de la nation qu’il connaît aujourd’hui. « Ce pays ressemble à un océan aux profondeurs inconnues ». Martineau, n’ayant d’autre choix que de se plier aux exigences malgré ses efforts, subit une intégration difficile. Surveillé sous tous les points de vue, il perd rapidement le soutient de ses rares alliés d’origine, se rapprochant inexorablement de la mystique Rose Noire.

La Rose Noire de Tian Jin est un récit simple, dont on suit les tenants et aboutissants sans grande pression linguistique ni intellectuelle. Intéressé, le récit de Jean-Michel Joubert semble passionné, quoique l’axe documentaire se fasse discret. Somme toute, d’une intrigue captivante ressort un sujet passionnant auquel la curiosité doit naturellement faire suite. Une lecture à recommander.

Synopsis

À l'aube du XXe siècle, dans une Chine secouée par les convulsions de la guerre civile, Tian Jin est une ville administrée par les puissances européennes. La corruption et les trafics en tous genres y règnent en maître. Les Boxeurs, dont la révolte a été durement réprimée, les gangs chinois, les seigneurs de guerre et une tueuse insaisissable du nom de Rose Noire, font de cette ville un endroit où la mort guette à chaque coin de rue.

C'est dans ce lieu de perdition qu'est envoyé Baptiste Martineau, jeune journaliste français, grand connaisseur de la culture chinoise. Impliqué bien malgré lui dans des luttes et des rivalités qui le dépassent, le jeune homme va vivre une aventure dangereuse et passionné

41aJtZH9n7L_edited.jpg

NOUS RETROUVER

Telesia (Fondatrice)

  • Facebook
  • Instagram
  • Noir Twitter Icon

Chroniqueurs partenaires

– Lily (Dame Doourse)

– Takou (Takoubook)