La Masculine

Article publié le

13 octobre 2020 à 06:50:29

par

Telesia

IMG_20210406_110717-1.jpg

En savoir plus

Titre original :

Auteur : 

Date de sortie :

Genre :

Pages :

La Masculine

Laurence Qui-Elle

2018

121

Contemporaine

Oulipo

La Masculine, le livre sans un seul mot masculin. Le livre sans un seul mot neutre. Le livre exclusivement féminin. C’est un Oulipo faramineux que rédige Laurence Qui-Elle (Kiehl), allant au-delà de la contrainte littéraire puisqu’elle s’en sert pour aborder des enjeux bien plus profonds que la simple féminisation de la langue. Prix Science-Fiction de La Journée de Manuscrit Francophone en 2018, l’œuvre conquiert de nombreux lecteurs. « Elle était une fois la légende oulipienne, une histoire de femmes écrite en langue féminine. » Combien de fois ces termes auront été exposés au lecteur au fil des pages ? Sous la régence d’une hydre monarchique, la société voit évoluer son parler en fonction des exigences politiques. De nouvelles mœurs intangibles effaçant peu à peu une dualité humaine pourtant indispensable.

*    *    *

► La féminisation de la langue, ou chirurgie lexicale
La K, rédactrice, glisse sans tabou la contraction ça au milieu d’une conversation professionnelle. « Misandrie, ça prend trois syllabes et neuf lettres. » Trop neutre, pas encore féminisé, le terme est en passe d’être interdit. Comme d’autres mots l’ont été et le sont toujours, tandis que chaque erreur de langue est amendable. Les interjections et les pronominalisations sont féminisées, et nous-les-femmes sommes contraintes d’écouter les grammairiennes, chercheuses d’expressions.
Laurence Qui-Elle ne soumet pas son récit extravagant sans l’avoir justifié avec rigueur. La Docteure-es-Lettres abat sa prose comme une massue, et impose de nombreuses piqûres de rappel à propos de la langue Française. La redécouverte d’expressions devenues soit obsolètes, soit trop peu utilisées pour être communément connues témoigne d’une maîtrise de la langue exceptionnelle, complétée d’un humour tout à fait singulier. De sorte que le pied devient une anatomie plantaire, et l’homme devient une couillue.

► La dualité de l'humanité, une nécessité
C’est avec une ferveur incontestable que l’auteure détrompe ses lecteurs : La Masculine n’est pas un récit féministe. Laurence Qui-Elle prône au contraire une dualité de l’humanité indispensable. Comme la vie se crée à deux, la femme seule ne peut offrir un futur à l’humanité, si ce n’est en la faisant régresser. L’un ne va pas sans l’autre, et rares sont celles qui remarquent la déchéance de l’espèce humaine.
Aussi suivent au féminisme extrême des trois présidentes des idéologies chez nous minoritaires, mais clairement majoritaires dans La Masculine. Au sein même d’une société unisexuée, les injustices dénoncées par les groupes féministes extrêmes subsistent. La Masculine, sans forcément dénoncer le mouvement féministe, demande néanmoins à le tempérer et à la rationnaliser. « L’existence humaine, privée des masculines se tournerait en une infirmité dégoûtante.

Un drôle de roman livré par Laurence K., étrangement proche de La K., son protagoniste principal. La Masculine dénonce, mais plaisante et taquine tout aussi promptement. C’est une œuvre contemporaine méritant d’entrer dans les classiques de par son originalité et son message qu’elle fait peu à peu passer. Un livre à découvrir, et à partager.

Synopsis

"La Masculine" est un Oulipo qui ne comporte aucun mot masculin, une contrainte littéraire qui entre en résonance avec l'histoire elle-même alors que les Académiciens féminisent quelques métiers. L'autrice a féminisé toute la langue française.
A Paris, dans une époque future, une maladie étrange a fait disparaître les hommes et les mots masculins. La rédactrice, L K, une jeune femme audacieuse comprend que les femmes vont s'éteindre à leur tour. Après moult péripéties professionnelles et familiales, elle finit par découvrir ce qui pourra peut-être sauver l'humanité.

41aJtZH9n7L_edited.jpg

NOUS RETROUVER

Telesia (Fondatrice)

  • Facebook
  • Instagram
  • Noir Twitter Icon

Chroniqueurs partenaires

– Lily (Dame Doourse)

– Takou (Takoubook)