La liberté de nous aimer

Article publié le

13 octobre 2020, 07:38:05

par

Telesia

IMG_20210406_110717-1.jpg

En savoir plus

Titre original :

Auteur : 

Date de sortie :

Genre :

Pages :

La liberté de nous aimer

Ninon Amey

2019

410

Romance

Epistolaire

​Auteure de L’empreinte du passé et Dis-moi pourquoi, Ninon Amey poursuit inlassablement son parcours sur la voie de l’autoédition avec un nouvel ouvrage : La liberté de nous aimer. Poussée par sa plume légère et son imagination rêveuse, l’auteure joue à nouveau l’originalité et livre un récit épistolaire moderne. Loin des très célèbres Lettres persanes de Montesquieu, certaines idées reviennent néanmoins, une sorte de renaissance d’un genre désormais très discret. L’histoire, Ninon Amey la veut atypique. Hors du commun. Touchante. C’est ainsi que David, incarcéré, reçoit le 11 Janvier 2017 sa première lettre provenant d’Abigaïl, dont il n’a au préalable jamais entendu parler. Une œuvre remarquable, où l’acceptation de soi est la clé d’une liberté tant attendue.

*    *    *

Ce sont deux protagonistes très différents l’un de l’autre que met en scène l’auteure romantique. Deux personnalités adultes, dont l’immaturité relationnelle se ressent dès les premières lettres. Une communication d’abord maladroite s’installe petit à petit entre les correspondants, tandis que surviennent quelques accrocs involontaires.
La liberté de nous aimer se divise en quatre parties distinctes, dont les dénominations se font si explicites qu’elles retracent intégralement le cheminement émotionnel de David et Abigaïl. Alors que chacun lutte pour échapper au joug transi d’une dépendance affective néfaste, une complicité naît entre les correspondants, et de nombreuses amitiés se nouent au fil des pages et des courriers. Le lecteur assiste à cet échange d’enveloppes particulièrement touchant, tandis que les protagonistes grandissent et prennent de l’assurance avec entrain.

​Apprendre à faire confiance et surmonter les peurs du passé, voilà l’enjeu véritable de cette correspondance contemporaine. La confession à l’inconnu inaccessible, bien qu’il s’agisse d’une opportunité anonyme et sur l’instant libératrice, ne peut que mener à une relation de confiance bien plus profonde qu’à l’origine. L’idée de s’accrocher à une image floue sans influence sur votre existence a pour avantage la mise en place d’une distance imaginaire, d’un faux semblant. Mais Abigaïl et Daniel en ont énormément sur le cœur, et plus les mois passent, plus l’un connaît l’autre, plus le lien s’épaissit.
Cela dit, chacun traîne derrière lui des démons tenaces. « Apparemment, il n’y a que moi qui ai du mal à me pardonner. » D’un côté le manque de confiance en soi de David, sa volonté profonde de purger en prison un mal dont il n’est pas tant responsable qu’il ne le pense. De l’autre, Abi, bientôt trentenaire, déplore son célibat et son incapacité à s’accepter ; sa peur de l’inconnu et de l’autre, sa solitude. Les deux amis s’enferment chacun de leur côté dans une bulle de négativité incroyablement imperméable, jusqu’à, parfois, en blesser leurs proches inconsciemment.

Ninon Amey dépeint la naissance d’une relation tumultueuse, dont les débuts douloureux aboutiront peut-être sur une fin libératrice. De l’asservissement à la liberté. De la prison au monde extérieur. Du passé au présent. Apprendre à se connaître pour savoir apprécier et comprendre l’autre. C’est tout autant de démarches et d’états d’esprit que l’auteure associe au bonheur, et à la juste appréciation de l’instant présent. Une lecture épistolaire simple, légère et baignée d’une sincérité attendrissante. Loin des clichés de la romance contemporaine et bien plus proche de l’histoire atypique, chacun est libre de s’associer à l’un des protagonistes de l’auteure. A déguster sous un doux soleil d’été.

Synopsis

Et si on vous proposait de correspondre avec un détenu ?
Tenteriez-vous l’expérience ?

Abigaïl, une jeune femme passionnée par les mots, décide de rentrer dans ce programme expérimental mis en place par la prison locale. Si cette expérience est pour elle l’opportunité de s’adonner à son amour de la prose, pour son correspondant, David, elle représente surtout une bouffée d’oxygène dans son quotidien morose.
D’échanges timides en confidences intimes, un lien particulier va progressivement se tisser entre eux.
L’une des règles du programme est pourtant claire : ils n’ont pas le droit de tomber amoureux.

Entre échange de lettres et d’emails, plongez au cœur d’un roman épistolaire moderne, dans lequel l’amitié, l’amour et la famille occupent une place centrale.

41aJtZH9n7L_edited.jpg

NOUS RETROUVER

Telesia (Fondatrice)

  • Facebook
  • Instagram
  • Noir Twitter Icon

Chroniqueurs partenaires

– Lily (Dame Doourse)

– Takou (Takoubook)