Immaculée

Article publié le

12 octobre 2020 à 07:14:27

par

Telesia

IMG_20210406_110717-1.jpg

En savoir plus

Titre original :

Auteur : 

Date de sortie :

Genre :

Pages :

Immaculate

Katelyn Detweiler

2015

404

Contemporaine

Jeunesse

​De premier abord, il va de soi que l’intrigue est intéressante. Elle peut certes paraître ambitieuse -les sujets religieux sont toujours compliqués à accepter lorsqu’on remet en question certains principes, n’est-ce-pas ?-, mais la curiosité l’emportera sur les réticences.

*    *    *

L’écriture de Katelyn est simple, fluide et vraiment agréable. Ni trop compliquée, ni trop niaise, la lecture d’ Immaculée est accessible à tout lecteur et très peu restreinte, si ce n’est par l’âge de l’intéressé. Chacun peut ainsi se plonger dans les aventures de Mia à sa guise.
On aurait par contre tendance à assimiler à cette simplicité des allures de roman jeunesse ou young adult, car l’auteure ne nous livre que très peu de descriptions, que ce soit des lieux ou des personnages. Ainsi, notre imagination est libre d’agir. Malgré tout, elle met un accent certain sur les traits physiques importants: les yeux verts d’Iris -qui veillent sur Mina-, les cheveux bouclés de Jesse -dans lesquels on plongerait bien les mains-, le teint blanc et les cheveux noirs d’Arielle -dont le constraste parait malveillant-… Tous ces éléments qui orientent notre jugement personnel.

C’est ainsi que nous faisons la connaissance de Mina et de sa petite famille. Personnages adorables, on se doute que l’acceptation de la situation n’est pas facile pour tous. Père plus apeuré qu’en colère, petit-ami suspicieux, meilleure amie blessée… Chacun ont leurs motifs pour rejeter Meen, à qui ils portent pourtant un amour indéfinissable. Bien heureusement, elle ne sera pas seule dans son malheur -ou son miracle, à vous de juger-: sa mère a trop d’amour pour sa fille, sa soeur une confiance inébranlable, Hannah et Jesse une amitié qui prime sur leur raison.

Tout au long du roman, ces deux camps s’affrontent: certains passent de l’autre côté de la frontière pour ne plus revenir, tandis qu d’autres font demi-tour.

Il faudra malgré tout avouer que la première moitié du récit n’a rien de bien original. En fait, on suit l’histoire comme un film sans grand intérêt, simplement pour le fait de lire. Mais Katelyn Detweiler fait réfléchir, et peu à peu, certains éléments et points de questionnement ressortent de son ouvrage.

On se rend compte de la réalité des évènements chroniqués; de notre cruauté sans fin, mais aussi de notre malheureuse Jeunesse influençable -état de la société très bien décrit par Bigflo et Oli, eux-même en plein dedans, comme nous le sommes tous. Chacun de nous, plus ou moins croyant en sa religion ou en ses principes, serait pourtant très réticent si l’une de nos histoires sacrées et anciennes devenait réalité. On voit tous les jours de nouveaux scandales éclater partout sur Terre à travers les médias et les réseaux sociaux. Des personnes anonymes exposées au grand jour pour une action qui amuse, qui choque ou qui plait. Sans s’en rendre compte -sans vouloir s’en rendre compte-, notre société dégrade des vies: nous jugeons sans savoir, sans connaître le contexte de ces évènements dont nous ne sommes qu’en partie témoins. Et à travers ce roman qui pourrait paraître si insignifiant, on peut enfin contrer ce filtre qui nous empêche de voir la réalité sur nos agissements -d’apparence très peu influents.

On se questionne quant à la vie de Mina, on se demande quelle aurait été notre propre réaction face à une telle situation. Qu’aurais-je fait, si j’avais été l’un de ces personnages ?

Malheureusement il est simple de se projeter dans un bouquin: nos pensées sont toujours avec Mina; on la croit, on la défend, on ne la juge pas. Mais le fait est qu’elle n’est pas réelle. En vérité, elle ne représente qu’une hypothèse; une possibilité. Alors comment savoir ?

Dans les réactions réalistes de ce personnage, dans sa force et son courage, dans la plume non abusive de Katelyn, n’est pas dissimulée « la jeune adulte la plus malheureuse du monde ». Y est disposée à vue de tous une adolescente soutenue, intelligente et sûre d’elle. L’écrivaine rend son récit et la réflexion par rapport aux éléments cités plus hauts d’autant plus agréable et léger qu’il n’est pas abusif.

Finalement, l’anticipation des évènements, la panique constante que l’on ressent, le sentiment d’impuissance face à une telle situation… nous mène à une conclusion inévitable: on redoute tous cette possibilité. Celle où « croire sans avoir vu » prime sur les raisonnements et faits scientifiques.

Synopsis

Mina a dix-sept ans. Elle est vierge. Et enceinte.
Première de classe, bien dans sa peau et dans sa famille, Mina sort avec le garçon le plus ambitieux du lycée. Mais le jour où elle se découvre enceinte – alors qu’elle n’a jamais fait l’amour –, son monde bien ordonné chavire. Personne ou presque ne croit en sa virginité. Pour son père, le coupable est son petit ami ; ce dernier, lui, est persuadé qu’elle l’a trompé.
L’histoire de la grossesse de Mina va se répandre comme une traînée de poudre. Pour certains elle est une hérétique, tandis que, pour d’autres, les miracles sont possibles et l’enfant à naître de Mina sera le plus grand de tous… Et vous, dans quel camp vous rangerez-vous ?

41aJtZH9n7L_edited.jpg

NOUS RETROUVER

Telesia (Fondatrice)

  • Facebook
  • Instagram
  • Noir Twitter Icon

Chroniqueurs partenaires

– Lily (Dame Doourse)

– Takou (Takoubook)