[REPOST] Sous le ciel de Tokyo

Article publié le

9 février 2021, 16:27:41

par

Takou

IMG_20210406_110717-1.jpg

En savoir plus

Titre original :

Auteur : 

Date de sortie :

Genre :

Pages :

Tôkyô Monogatari

Seiho Takizawa

2017

205

Manga

Seinen

Seihô Takizawa est réputé pour ses récits de batailles aériennes de la Seconde Guerre mondiale. Sous le ciel de Tokyo se passe dans la ville où il vit actuellement. Le personnage principal a les mêmes origines que lui (Hokkaidô). L’auteur a peut-être voulu se projeter dans son récit en faisant ressembler le protagoniste à lui-même ? Ça pourrait être une façon de s’imprégner de l’histoire.

*    *    *

Nous sommes directement plongés dans le quotidien d’un aviateur japonais durant la Seconde Guerre mondiale. Muté, il rejoint sa femme à Tôkyô avec qui il va reprendre sa vie de famille. Takizawa fait ici le dessin d’un couple de jeunes mariés qui commence sa vie commune en temps de guerre. Shirakawa est souvent absent et Mariko s’occupe de la maison. Les points de vue s’interchangent entre ces deux personnages. Tantôt on voit le mari au centre d’essais, tantôt on suit sa femme à la maison. J’ai beaucoup aimé ce changement de point de vue qui permet de comprendre plusieurs visions de la guerre. Celle du pilote qui doit défendre son pays, diffère de celle de la maîtresse de maison. On surprend souvent cette dernière à s’ennuyer ou à préparer la maison pour Shirakawa au cas où il rentrerait tandis que ce dernier est constamment demandé et débordé. Mariko représente le quotidien des femmes qui attendaient, inquiètes. J’ai beaucoup plus aimé découvrir le côté de Mariko que celui de son mari. J’ai rarement vu le quotidien des femmes durant la guerre dans les mangas sur ce sujet. L’auteur fait référence à la littérature occidentale plusieurs fois, j’ai apprécié ces petits moments. C’était comme si il « brisait » la loi anti-occident du Japon de l’époque.

Takizawa centre son histoire sur la famille de Mariko et Shirakawa. Les personnages introduits hors famille ont une importance moindre et ça nous laisse donc pleinement le loisir de s’intégrer à la famille et de vivre les épreuves avec eux. Shirakawa est dépeint comme un homme engagé et déterminé dans son travail mais soucieux pour sa vie de famille. On voit à plusieurs reprises l’inquiétude qui le gagne concernant sa femme. Mariko est très enjouée et donne cette petite touche de joie dans un univers assez sombre.

J’ai trouvé ce manga très émouvant. Je pense qu’il est aussi assez fidèle à la réalité et ça permet de comprendre les conditions de vie de l’époque, du moins celles des soldats et de leur famille. On fait face dans ce manga à des scènes touchantes mais aussi poignantes et injustes. J’ai eu parfois l’envie de rentrer dans le livre pour extérioriser ma colère. J’avoue que la fin m’a complètement chamboulée.

L’auteur est très bien renseigné sur son sujet. Il semblerait qu’il connaît les avions et la seconde Guerre Mondiale sur le bout des doigts. Ça rend parfois le récit un peu lourd, ça fait beaucoup d’informations concernant les avions et ça coupe un peu dans l’histoire.

C’était une excellente lecture. Se plonger dans le quotidien de ce couple était une bonne expérience. Un manga émouvant et poignant sur la réalité qu’était le quotidien des familles durant la Seconde Guerre mondiale.

Synopsis

Fin 1943. Shirakawa, un pilote de chasse ayant combattu dans diverses régions du monde, rentre enfin à Tokyo. Il vient d’être muté au Centre d’essais aériens de l’armée impériale. Après une longue absence, Shirakawa essaie de reprendre sa vie de famille auprès de sa femme Mariko. Sous le ciel de Tokyo... raconte le quotidien ordinaire d’un couple à une époque où la vie et la mort se côtoient chaque jour.

41aJtZH9n7L_edited.jpg

NOUS RETROUVER

Telesia (Fondatrice)

  • Facebook
  • Instagram
  • Noir Twitter Icon

Chroniqueurs partenaires

– Lily (Dame Doourse)

– Takou (Takoubook)